Miss Marple de Nadia Crétin – Léchenne

Aujourd’hui, je vous présente le dernier tricot hiver pour Susie : un gilet Miss Marple de Nadia Crétin – Léchenne.

Tout est parti de la laine, la Gilliatt de De Rerum Natura, achetée lors d’un tricot – thé dans la boutique Lanae. Cette laine, et cette marque, ça fait un bon moment que j’en entends parler et que je la vois passer dans la communauté tricot. Même si j’en ai toujours entendu que du bien, le fait qu’elle soit décrite comme une laine rustique me faisait peur. Est – ce qu’elle pique? Est – ce qu’elle est agréable au toucher? Du coup, tant que je ne l’avais pas eu en main avant, impossible pour moi de me décider à l’acheter. Je n’avais vraiment pas envie de me retrouver avec une laine que je ne pourrai pas porter.

J’ai donc profité de la voir en vraie pour l’acheter. Mais avant de vous parler de mon ressenti sur cette laine, on va parler du modèle! (suite…)

0 comment

Podcast tricot #1

On commence l’année 2018 avec la reprise des Podcats consacrés au tricot!

J’espère que cet épisode vous plaira et je m’excuse d’avance si j’ai parlé trop vite! Si vous avez aimé cet épisode, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ou un pouce vers le haut!

Bon visionnage!

Dans cet épisode vous pouvez retrouver :

  • Projets terminés :

Le pull Nogat de Justyna Lorkowska  tricoté en laine Ckickadee de Quince and Co, couleur Chantrelle.

  • Projets en cours:

Icefield Cardigan de Sandrine. C  tricoté en laine Bio Balance de BC Garn

  • Achats laines & Futurs projets

Laine Ulysse de De Rerum Natura coloris Dragon

  • Bébés & Enfant :

Miss Marple de Nadia Crétin Léchenne en Gilliatt de De Rerum Natura coloris Lagon

Dandelion Cardigan de Along avec Anna en Woolly 3.5 de DMC coloris  » Nude  »

 

0 comment

Ma Aldaia des fêtes

Enfin un article couture pour moi! J’avoue, même si j’adore la couture, la préparation en amont a tendance à me freiner dans mes envies.

C’est bête mais le fait de devoir d’abord prendre quelques heures par ci par là pour décalquer le patron, couper le tissu, etc et bien ça a tendance à me décourager plus qu’autre chose. Pourtant, une fois que je passe à la couture je m’éclate. Mais bon, le soir, entre me poser sur mon canapé pour tricoter ou m’étaler sur la table pour décalquer mon patron et bien mon choix est vite fait!

Mais, un peu avant les fêtes, j’étais bien décidée à me coudre une robe pour le soir du réveillon. Je voulais une robe un peu chic mais surtout confortable.

Je ne suis pas une grande porteuse de robe. Je suis plutôt une adepte des jeans et l’été des shorts. Du coup, je voulais une robe où j’allais me sentir bien dedans. Pas un truc où on se sent engoncée dedans et où on a l’impression de ne pas être soi.

Mon choix s’est rapidement porté sur la robe Aldaia de Pauline Alice. Sortie en Mars 2017, on en a beaucoup entendu parlé. Et un mot revenait pour chaque retour : le confort!

Une fois le patron reçu, j’ai dû me décider sur la version que j’allais faire. En effet, le patron propose plusieurs versions de cols, de manches et de jupes ce qui permet de créer 27 robes différentes.

Pour le décolleté, je savais que j’allais partir sur le col rond. Vu le peu de poitrine que j’ai, la version cache cœur me paraissait un peu casse gueule ( surtout quand tu n’as pas le temps de faire une toile…) et le col V donne un style trop décontracté pour l’usage que je voulais en faire.

Pour les manches, vu qu’on était au mois de décembre pas de grandes réflexions : les plus longues soit les manches trois quarts. Même si j’ai un gros faible pour la version sans.

Restez le choix de la jupe : je ne la voulais pas trop longue donc j’ai vite éliminé la jupe crayon. Sur mon mètre 54, ça allait être ridicule. J’avais donc le choix entre la jupe évasée ou la jupe courte cintrée. J’aime beaucoup la version évasée mais j’ai de sérieux doutes sur le côté morpho compatible!

Je suis donc partie sur la version col rond et jupe courte cintrée. Je pense que c’est le modèle le mieux adapté à ma morphologie même si, dans un futur lointain, j’essaierai avec la jupe évasée.

Comme dit plus haut, je n’avais pas le temps de faire une toile. Enfin c’est ce que je pensais avant de me rendre compte que cette robe se coud en un rien de temps. Mais sans surjeteuse, je pensais vraiment mettre plus de temps. Mais entre le peu de pièces et les explications claires, la confection a été rapide.

Je me suis donc lancée dans la réalisation en croisant les doigts pour qu’elle m’aille du premier coup. Et sur ce coup là, j’ai eu pas mal de chance puisque la robe me va pratiquement sans modifications. En fait, il y a une seule chose sur laquelle je doit retravailler pour une prochaine version : les manches. Elles sont beaucoup trop large à mon goût. La robe étant près du corps, je trouve que ça donne un aspect disgracieux à l’ensemble.

Mais c’est vraiment le seul point que je reprendrai pour une future version puisque pour le reste, je ne relève pas de problème particulier!

Concernant le tissu, c’est un jersey milano noir qui vient de chez Little Fabrics. C’est une matière hyper facile à coudre et encore plus pour celles qui n’ont pas de surjeteuse. Il  ne s’effiloche pas, ne glisse pas et a un joli tombé.

Maintenant, me reste plus qu’à trouver une couleur pour en refaire une pour le printemps que je pourrai porter tous les jours. Parce qu’en noir c’est bien, mais ça fait trop chic pour aller faire ses courses!

2 Comments

Nogat sweater

Je dois bien l’avouer, c’est avec une immense fierté que je rédige ce premier article de 2018. 6 mois après l’avoir commencé, j’ai enfin terminé mon merveilleux pull Nogat de Justyna Lorkowska!

Ce pull, je l’avais repéré chez Lise Tailor il y a de cela plus d’un an. A l’époque, je ne me sentais absolument pas capable de le tricoter. Susie venait juste de naître ( vive les mares de jersey dans ces cas là ) et le point me paraissait trop compliqué pour mon niveau. Du coup, j’avais vite abandonné l’idée de le faire.

Et puis l’été dernier, profitant de vacances chez mes parents – comprendre pas d’enfants dans mes pattes et des heures de sommeil en plus –  je me suis enfin lancée dans ce modèle.

Je m’étais préparée psychologiquement à ce qu’il me prenne la tête et du temps! Et j’ai bien fait car même si il est moins difficile qu’il n’y paraît, il m’a quand même occupé beaucoup longtemps!

Le Nogat sweater est un pull qui se tricote du haut vers le bas. On commence à le tricoter en aller retour puis, au niveau de l’encolure, on joint le travail pour le tricoter uniquement en rond. Les manches sont ensuite séparées du corps et mises en attente pour les reprendre à la fin.

Tout l’intérêt du pull tient, bien évidemment, sur le devant composé d’une grande torsade principale, de dentelles et de deux petites torsades. Tous ces jeux de points et de textures me paraissaient vraiment compliqué. Je pensais que j’allais faire face à de grosses difficultés tout le long du tricot et en fin de compte pas du tout. Je ne dis pas que c’est un tricot facile, accessible aux débutantes.  Il requiert un minimum de connaissances bien sûr, mais c’est surtout une question de concentration.

En fait, il faut bien suivre le diagramme et rester très concentré jusqu’à la séparation des manches au corps. Ensuite, on retient bien l’alternance entre les torsades et la dentelle. Même si on a besoin du diagramme pendant tout le temps où on tricote le corps, arrive un moment où on lâche un peu plus la grille des points.

Bon bien sûr, si comme moi, tu te trompes dans la lecture du diagramme, tu seras bonne pour tout détricoter et recommencer! Parce que si j’ai mis 6 mois à la faire, c’est bien à cause de ça! ( Bon, je l’ai aussi mis en pause plusieurs semaines)

Le dos est normalement du point mousse. Je dis normalement, car si tu regardes bien, tu remarqueras que le mien est en jersey envers. Et oui, grâce à ce modèle, j’ai découvert que je ne savais pas tricoter du point mousse en rond – boulet –  Du coup, il y a une légère démarcation entre le haut, tricoté à plat donc en point mousse, et tout le reste fait en jersey envers.

Entre nous, ça ne m’empêche pas de dormir. Tout comme mes deux erreurs sur les petites torsades. Elles sont là, je les vois mais c’est pas grave hein!

 

Concernant la laine, je suis partie sur la Chickadee de Quince and Co. C’est une laine que j’avais envie de tester depuis un certains temps et je ne suis absolument pas décue! Commandée sur le site de Laine et Tricot, j’ai choisi le coloris chanterelle. C’est un beige foncé qui tire sur le rose. D’ailleurs, sur le site de Quince and Co les couleurs sont assez fidèles. J’avais peur que la laine soit plus rosé que sur le site et en fait elle correspond parfaitement.

Composé à 100% de laine, elle est un peu sèche au toucher. Pas rêche, pas piquante, juste sèche. Et une fois lavée, elle devient très douce. J’avoue que pour du 100% laine, je suis agréablement surprise.

Au final , je suis juste hyper fière de ce projet. Le pull est beau, la laine est belle, bref je suis complètement satisfaite!

 

 

6 Comments

Un gilet Augustin pour Basile

Chose assez rare, aujourd’hui, c’est un tricot pour mon fils que je viens vous présenter! C’est vrai que je tricote assez peu pour lui mais, à ma décharge, Basile a des exigences bien particulières pour les vêtements, que ce soit sur la forme ou les couleurs. Du coup, même si il y a souvent des modèles qui me donnent envie pour lui, j’abandonne toujours l’idée de peur qu’il ne le porte jamais. Mais quand j’ai vu l’appel au test d’Anna pour un gilet pour garçon avec un col châle, je n’ai pas résisté à me proposer. J’adore les cols châle que ce soit pour un enfant ou un adulte. Je n’ai donc pas réfléchi une seule seconde et je me suis lancée dans la confection du gilet.

Le gilet Augustin est donc un gilet pour garçon qui possède un joli col châle et un point de blé sur les devants et le dos. Je l’ai réalisé en taille 6 ans, sachant que Basile est plus entre un 4/5 ans du commerce.

Il se tricote de bas en haut. On commence par réaliser les manches, en rond et séparément, puis on les rejoint au corps pour former les raglans et l’encolure. C’est la seconde fois que j’utilise ce type de montage. Ce n’est pas difficile à faire mais les 3 premiers rangs, une fois les manches jointes, sont assez pénibles à réaliser. Ce n’est l’histoire que de quelques rangs bien sûr.

Le châle est confectionné à l’aide de rangs raccourcis. On ne va pas se mentir, c’est une partie assez longue à faire puisqu’il est en côtes 1/1! Mais le jeu en vaut la chandelle, comme on dit!

( il voulait absolument que l’on voit le tigre sur son tee shirt, d’où les plis! )

Concernant la laine, je suis assez mitigée sur le fait de vous en parler. Je vous explique, je n’ai rien à redire sur celle – ci mais alors j’ai un gros problème avec Phildar en ce moment. Deux mois que j’attends la livraison de ma commande et pas une nouvelle de leur part malgré plusieurs réclamations au service client… Du coup, leur faire de la pub me fait vraiment c****.

Mais à côté de ça, je ne peux pas non plus vous mentir puisque j’ai beaucoup aimé tricoter cette laine. J’ai voulu essayer leur gamme 100% mérinos en prenant la mérinos 3.5 coloris Bourgogne. La laine est vraiment douce et hyper agréable à tricoter et la couleur est à tomber par terre. J’ai choisi cette couleur pour accentuer le côté vintage du modèle. Je l’ai tricoté en 3.25 pour que mon échantillon soit bon. Au final j’adore cette laine mais le service client Phildar est déplorable!

Et l’avis de mon Basile alors? Et bien soyons honnête,  je ne pense pas qu’il soit enchanté par mon gilet! D’après lui il est joli mais il lui manque des poches, et puis c’est pour quand il y a de la neige, etc. En gros il a pleins d’excuses pour me dire gentiment  » Maman, j’aime pas porter des vestes, je peux garder mon tee shirt plutôt? « ! Mais je ne perds pas espoir, il va bien finir par l’aimer mon gilet à force de le voir… ou pas!

 

 

 

 

 

2 Comments

Les projets d’hiver

L’autre soir, alors que je fourmillais d’idées tricots, j’ai eu envie de réfléchir à ce que j’avais vraiment envie de me tricoter ou coudre pour cet hiver. De penser un peu plus à mes besoins et éviter les achats compulsifs de patrons ou laines qui ,en fin de compte, ne seront pas utilisés.

J’ai donc réfléchi à une mini garde robe capsule d’hiver en couture et tricot. Avec le froid qui fait dehors j’ai pleins d’envies tricots mais je me suis limitée pour que ce projet soit réalisable par rapport au temps de disponible que j’ai.

Du coup, j’ai eu envie de le partager avec vous et je reviendrai sûrement faire un bilan à la fin de l’hiver et peut – être, par la même occasion, vous présenter les projets de printemps.

Côté tricot  :

Pour les hauts, j’ai envie de deux choses : un pull doudou et un gros gilet à enfiler le soir et le weekend quand je suis à la maison. J’ai déjà quelques patrons en tête même si je ne suis pas arrêtée à 100%.

(suite…)

0 comment

Lil Kimono de Lili comme Tout

Oui je sais, encore un tricot pour bébé! Mais franchement, entre nous, c’est pas juste trop mignon à en faire sauter ton stérilet les tricots pour bébé?! ( On a le droit de parler comme ça sur son blog?! ). Et puis faut dire aussi que tricoter de la layette c’est hyper gratifiant puisque 15 jours après tu as ton tricot terminé et porté! Du coup, m’en fiche, je vous sors encore un tricot  pour Susie!

Cet été, je cherchais un modèle très simple, pas prise de tête qui tiendrait chaud à Susie cet hiver. Quand j’ai repéré le Lil Kimono de Lili Comme Tout, j’ai pas mal hésité avant de me lancer. Certes il est très mignon mais est ce qu’une brassière ça ne fait pas trop nourrisson pour une petite de 12 mois? Et puis en regardant les différentes versions réalisées sur le net, je suis tombée sur la photo d’une petite fille qui devait avoir l’âge de Susie et qui portait ce modèle. Et c’était juste trop mignon même sur un bébé un peu plus grand!

Du coup, j’ai arrêté de réfléchir et je me suis lancée!

C’est une brassière proposée de la taille grand préma à 24 mois. Le modèle est simple avec de jolies finitions. Tricoté du haut vers le bas en une seule pièce, le devant et le dos sont au point moussse et les manches en jersey. Une jolie bordure, tricotée au fur et à mesure de l’ouvrage, vient souligner le tout. La brassière se ferme avec deux liens. Personnellement, j’ai cousu deux boutons pressions sur le pan intérieur pour que celui – ci ne glisse pas.

Pour celles qui ne sont pas convaincues par les liens, il est possible de les remplacer par des boutons. C’est d’ailleurs ce que je vais faire pour deux futurs bébés dans mon entourage.

Concernant la laine, j’ai opté pour de la Drops mérino extrafine couleur vert gris. A force d’entendre parler du rapport qualité/prix, j’ai voulu me faire mon idée. Je vais être honnête, je ne suis pas une grande fan de cette laine et de la marque Drops en général. Ça fait plusieurs fois que j’essaie leur laine et à chaque fois je ne suis pas emballée plus que ça.

Par exemple, ici on a de la 100% mérinos. Pourtant au touché elle n’a pas l’aspect du mérinos et donne plus une sensation de synthétique. Elle a aussi un côté très élastique qui me gêne un peu. Alors bien sûr, au vu du prix on ne peut pas espérer une super qualité mais je préfère, à ce moment là, choisir une laine de chez Bergère de France ou Phildar qui, grâce à l’acrylique, tiendra mieux dans le temps. Mais bon, après chacun voit midi à sa porte et ça n’empêche pas de bien l’aimer ma brassière!

Dans tous les cas, je trouve que c’est un super basic pour les bébés et un super modèle pour un cadeau de naissance!

2 Comments

Blouse Oslo d’Ikatee

Après plus de 6 mois sans coudre, c’est avec une certaine fierté que je viens vous parler de ma dernière cousette pour Susie.

Autant, les premiers mois de vie avec elle était couture compatible, ( bébé qui dort beaucoup et qui n’a pas besoin des bras ) autant depuis le jour où elle sait ramper, il était juste impossible pour moi de m’y mettre. Tout était source de danger : les aiguilles qui tombent par terre, le fil du fer à repasser qui donne envie de tirer dessus, etc. Et comme Madame s’est décidée à bouger vers ses 7 mois et bien j’ai très vite arrêter de coudre!

Et puis avec la reprise du boulot, j’ai eu envie de m’y remettre. Le côté échappatoire du quotidien bien rythmé redevenait essentiel. C’est une nouvelle organisation qui s’impose puisque mon coin couture est dans le salon et que je ne peux coudre que quand ils sont couchés ou absents. Mais après avoir terminé ce projet, je me suis rendue compte que cela était tout à fait faisable. Un brin frustrant de coudre en hachuré mais cela m’a au moins permis de renouer avec ma MAC.

Pour ce grand retour, j’ai préféré partir sur un projet pour enfant, de préférence simple. En cousant pour les enfants, cela m’évite de devoir faire des ajustements morphologique et les tailles enfants sont plus rapide à faire. Mais je compte bien passer à des projets pour moi bientôt!

J’avais acheté, il y a longtemps, le patron de la blouse Oslo de la marque Ikatee mais je ne l’avais encore jamais cousu. C’était l’occasion parfaite pour le faire!

Le patron, qui va du 6 mois au 4 ans, se décline soit en robe soit en blouse et propose des manches longues ou courtes. Le dos est entièrement boutonné et la séparation du haut et du corps peut se faire avec un passepoil ou une bande de dentelle. C’est un modèle classique avec des finitions soignées ( couture de la parmenture à la main ) et les variantes proposées permettent de faire plusieurs versions en achetant un seul patron.

J’ai opté pour la version blouse avec manches longues – au cas où personne ne l’aurait remarqué – pour le début de l’automne. La réalisation est vraiment très simple. Après avoir passé plusieurs mois sans coudre et après avoir perdu quelques neurones pendant mon congés parental, je n’ai malgré tout rencontré aucune difficulté. Les explications sont claires et les pièces tombent bien entre elles.

Il faut savoir que la marque a pris le parti de proposer un pas à pas en photos en plus des explications. Certaines apprécieront, d’autres moins. Pour ma part, ce n’est pas ce que je préfère. Je trouve les dessins techniques plus facile à comprendre que les photos. Mais c’est vraiment quelque chose propre à chacun et ça n’empêche pas de comprendre les explications.

Je suis juste un peu déçue par mes bandes de boutonnage. Au moment de la replier, j’ai hésité entre rabattre entièrement sur l’intérieur ou rabattre juste la valeur du pli que l’on avait marqué au départ. J’ai décidé de rabattre juste la valeur du pli n’ayant pas Susie sous la main pour lui faire essayer. Je me suis dis que ça risquait de compromettre la taille de la blouse. Du coup ce n’est pas très propre à l’intérieur puisqu’on voit les bords du tissu qui s’effiloche. Bon, c’est pas bien grave et ça n’embête que moi, mais n’empêche j’aurais aimé que ce soit parfait!

Surtout que, comme vous pouvez le voir sur les photos, la blouse est bien trop grande! Je suis partie sur une taille 18 mois en fonction du tableau des mesures. Pour moi, en largeur, c’est plus du 2 ans que du 18 mois. L’encolure est bien trop large et les épaules tombent.  Honnêtement, je n’ai pas été déçue plus que ça. Comme j’ai utilisé de la double gaze, elle pourra la porter au début du printemps ou au plus tard au début de l’automne prochain.

D’ailleurs, je me suis enfin décidée à coudre de la double gaze. A force de voir partout des réalisations dans ce tissu, j’ai eu envie, moi aussi, d’en coudre. J’ai acheté celle de chez Cousette en couleur absinthe qui est un jaune  très vif. C’est assez difficile de vous montrer la bonne couleur puisqu’en fonction de la lumière, le jaune change beaucoup sur les photos.

Le tissu est vraiment facile à coudre. Pas de galère pour l’épingler, le découper ou le coudre. Il faut juste prendre une aiguille très très fine car le tissu marque. Seul hic, il me paraît très fragile. Je ne sais pas si c’est celui là ou si c’est commun à toutes les double gaze mais j’ai l’impression que si Susie accroche sa blouse quelque part, un trou sera vite fait. A voir dans le temps…

Au final je suis très contente de cette blouse. Vu qu’elle est très ample, c’est une blouse que je ne conseillerai pas pour des bébés qui ne font que du 4 pattes. Susie est entre deux, elle alterne la marche et le quatre pattes et à quatre pattes la blouse traîne par terre et elle se coince sous les genoux. Du coup, ce n’est pas l’idéal! Mais pour ceux qui ne bougent pas encore ou ceux qui marchent, le modèle est à croquer! – Ainsi que ma fille! –

 

0 comment

Dandelion Cardigan ( Tricot pour Susie #2 )

Durant le mois d’août, je me suis proposée pour participer à un test knit pour Anaïg, du blog Along avec Anna. Je me propose rarement pour tester des patrons ( souvent par manque de temps pour réaliser avant la deadline ) mais quand j’ai vu le joli modèle proposé, je n’ai pas hésité une seule seconde. En plus, ça tombait pile pendant les vacances d’été, moment où j’ai le plus de temps pour tricoter. ( Merci les mamies qui s’occupent des enfants! )

Ce nouveau patron, c’est le Dandelion Cardigan. Sorti à la fin du mois d’août, c’est un gilet basique avec une petite touche d’originalité : un joli point pissenlit que l’on retrouve sur le devant et le dos.

Le modèle se tricote du bas vers le haut. On tricote séparément les manches en rond, puis le bas du corps et arrivé aux emmanchures on rejoint nos trois parties pour former les raglans et l’encolure. C’est la première fois que j’utilisais ce type de construction. Je suis plutôt habituée à tricoter le corps en une seule pièce puis reprendre des mailles pour tricoter les manches. L’avantage de la technique d’Anaïg, c’est que l’on peut former les raglans pour les manches. Ce qui tombe bien puisque à choisir, je préfère les manches raglans plutôt que les manches montées.

Je ne vais pas vous mentir, les 3 premiers rangs après avoir rejoins les manches sont un peu galère à tricoter. Pas que ce soit difficile mais les mailles glissent difficilement sur le câble, on se demande si ça ne va pas faire des trous et si on est pas entrain de faire n’importe quoi! Mais c’est vraiment l’histoire de quelques rangs. Par contre, pour utiliser cette technique, vous êtes obligé de tricoter avec des aiguilles circulaires même si le gilet se tricote en aller / retour.

Une fois le gilet terminé, on utilise un grafting pour coudre les emmanchures. C’est un coup à prendre mais c’est très facile à faire! J’ai quand même du, à la fin, faire quelques points de couture sous les manches car il me restait des petits trous. Sûrement parce que c’était la première fois que j’utilisais cette technique et qu’avec le raglan et le point je n’étais pas très à l’aise. Mais faut vraiment être une adepte du tricot pour le voir une fois le gilet porté.

Le point pissenlit est vraiment facile à faire. Le premier rang est assez long à faire, le temps de prendre la main. Mais après, le point se fait sans avoir à regarder en permanence un tuto.

J’ai choisi de le tricoter avec la laine Woolly de DMC. Je n’avais jamais utilisé cette laine et mon Dieu, quelle merveille! Bon, on est d’accord que la laine n’est pas donnée et que si j’avais tricoté du 4 ans, j’aurais dû vendre un rein pour l’acheter! Pour la taille 18 mois, j’ai utilisé environ 350 mètres de laine soit 3 pelotes. Ce qui fait un gilet à moins de 25€. Quand on regarde le prix dans le commerce des habits pour bébé, on n’est pas perdant je trouve…

Et puis c’est juste de la douceur à l’état pure cette laine. Composée à 100% de Mérino Superwash, je l’ai tricoté en aiguille 3.75 pour avoir le bon échantillon. J’ai pris le coloris 058 qui est un magnifique rouge vif. Même si je ne sais pas encore comment elle vieillit dans le temps, je pense que j’en rachèterais pour des futurs projets pour Susie. En plus, il y a une palette de couleurs juste somptueuse. Même leur rose, couleur que je n’aime pas particulièrement, est magnifique!

2 Comments

Le pull d’hiver { Tricot pour Susie #1 }

Voilà un deuxième petit tricot réalisé pour Susie pour cet hiver. Le pull Lou Sweater de Julie Jaeken, réalisé en laine idéal de Bergère de France.

Au tricot, je suis plus facilement attirée par les points texturés que par la dentelle. En effet, peu de dentelle trouve grâce à mes yeux alors que pratiquement tous les points texturés me plaisent. Du coup, quand je suis tombée sur ce modèle de pull, je n’ai pas hésité une seule seconde à l’acheter pour le tricoter dans la foulée.

Ce modèle, qui va du 3 mois au 10 ans, se tricote tout à plat. Ce n’est pas une construction que j’ai l’habitude de faire et pourtant je n’ai jamais tricoté aussi vite un pull pour ma fille! En 10 jours, toutes les parties étaient montées et le lendemain le pull était cousu et bloqué!

(suite…)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
0 comment